20 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

La grande distribution et les « patrons » ne respectent pas la loi

Logo système U de Nanteslogo TPS Tessier

logo-chrono intérim de Nantes

Systeme U Carquefou la belle étoile

Hier soir, 7 Août 2017 à 20 heures, je me suis présenter au système u de Carquefou (44) belle étoile. Je me suis présenter à la guérite, j’ai salué l’employé qui n’a pas daigner répondre à mes salutations mais qui m’a demander de mettre mon baudrier ou mon chasuble, ou encore mon gilet jaune fluo et mes chaussures de sécurité. Je lui ai répondu que j’avais l’équipement et que j’allais, de ce pas, le mettre. En effet, je viens tous les trois jour dans cette grande distribution. Une fois équipé je démarre mon camion et je repasse devant la guérite et le « gardien » pour qu’il lève la barrière. Ce dernier me voyant bien équipé me demande de reculer, de retourner sur le parking et de revenir le voir pour qu’il m’enregistre. Vu qu’un autre chauffeur, non équipé de baudrier était derrière moi avec son ensemble routier je ne pouvais pas reculer. Je demande des explications au gardien et lui demande pourquoi il laisse passer d’autres chauffeurs sous-traiter comme moi sans leur gilet jaune ? Il me répond comme la semaine précédente que c’est parce qu’il sont chauffeurs et travaillent exclusivement pour Système U. Je lui réponds : et moi je suis éboueur ou quoi ? ( je précise que je n’ai rien contre les éboueurs que je respecte). Pourquoi veux tu que je mette mon baudrier et les chaussures de sécurité pour m’inscrire dans ta guérite ? Je risque d’être agresser par ton stylo ? Et pourquoi cette différence de traitement avec les autres chauffeurs ? Tant que tous les chauffeurs n’auront pas le même traitement je ne respecterais pas tes consignes. Je ne supporte pas l’injustice et la discrimination. Si règle il y a, elle doit être la même pour tous et pas sur le faciès. Le gardien à appeler son chef devant ma « résistance d’oppinion » et ce dernier m’a expliqué que j’allais, pour mon plus grand plaisir, être interdit d’accès à ce Système U. Ne pourrais-je pas de mon côté déposer plainte pour discrimination, d’autant que les caméras sur ce site valideraient tous mes propos ?
Finalement, le lendemain matin, le 8 Août 2017, un des responsables de Système U Carquefou, à appeler le transporteur pour qui je travaille et à demander mon interdiction de revenir sur les lieux. Pour autant, j’y suis retourné le soir de ce 8 Août 2017 pour y livrer quelques palettes, et c’était un ami du club de foot où je suis dirigeant qui m’a reçu. Tout s’est bien passé, et le fameux mec avec qui je me suis pris la tète était présent, il n’a pas moufter un mot et ne m’a probablement pas reconnu. Le fait d’avoir dit la vérité au patron de la boite, Chrono Intérim, pour qui je suis intérimaire a-t-il porté ses fruits ? Je ne le saurais que dans quelques jours…

Quand je vous dis que la grande distribution décide de tout et a le « bras long », j’en suis la preuve vivante !
Ce matin du 11 Août 2017, je me suis présenté, vers 2h, à la guérite du Système U de Carquefou, équipé de mes chaussures de sécurité et de mon chasuble, pour leur livrer cinq palettes chargées la veille en banlieue parisienne. J’ai d’abord été reçu par cette connaissance du Club de Foot, qui m’a inscrit et m’a demandé de revenir cinq minutes plus tard car les contrôleurs de quai étaient en pause. Je me suis exécuté et je suis revenu cinq minutes plus tard et cette fois, c’est le fameux mec grisonnant, qui est venu me voir. Il a commencé à sortir de son « enclos » pour vérifier que j’avais bien mes chaussures de sécurités, à ma plus grande surprise. Ensuite nous nous sommes expliquer cordialement, sans esclandre, et nous avons réitéré notre désaccord mutuel. Il a tout tenté pour trouver une faille dans ma présentation, sous le prétexte de nature de marchandise ou de nom de client, et m’obliger à retourner dans mon véhicule, mais a constaté que mon enregistrement avait bel et bien été effectué. Même un ami de mon fils, présent dans la guérite, sans gilet et sans chaussure de sécurité, qui prenait son poste, m’a demandé de ne pas contesté et d’approuver, tous les propos incohérents de cet homme, en mal d’autorité abusive.
Alors que je m’apprêtais à vider mes cinq palettes sur le quai 29, David de l’import et un autre homme en gilet orange, sont venu me voir et m’ont prié d’attendre avant de vider mon ensemble routier. Bien entendu, je me suis exécuté. C’était sans compter sur l’intervention du contrôleur de quai, qui a tenté de comprendre pourquoi je ne déchargeais pas mes palettes qu’ils devaient contrôler. Après avoir entendu mes explications, il m’a demandé de décharger le contenu de ma livraison en m’expliquant que ces deux personnes faisaient du zèle et m’a remis l’intégralité des papiers de ma livraison. David est revenu à la charge, en m’expliquant qu’un des « responsables » allait venir me voir, sans me préciser, à quel moment. Une fois mes papiers en poche, je n’avais aucune raison de m’attarder. Je suis donc aller livrer mes deux autres clients de la nuit.
J’ai fini mon service, chez les transports Tessier à 5h30 le matin du 11 Août 2017.
A 11h47, de ce même jour, je suis réveillé par l’appel téléphonique d’une des responsables de l’agence intérim, Chrono Intérim, pour laquelle je travaille, qui me demande de rappeler le chef d’exploitation des Transports Tessier, qui m’apprend que Système U les a appelé pour m’interdire de mettre les pieds dans leurs établissements. Il m’a également expliqué qu’il ne pouvait prendre le risque de perdre ses contrats avec cette grande distribution et qu’il devait courber l’échine. Comme il n’était pas présent, il se sent « obligé » de n’accepter que les explications de cette grande distribution. Cependant, comme ce Transporteur travaille en sous traitance avec d’autre transporteur qui ont pour client, le Système U de Carquefou, il était obligé de mettre fin à mon contrat sur le champ, car je risquais de livrer encore pour Système U Carquefou.
En résumé, lorsque un employé, sous le couvert de sa direction, décide d’établir des règles, à la tête du client, il faudrait que nous fermions tous notre gueule et acceptions, sans broncher, toutes les formes de règles abusives, d’injustices et de discriminations inacceptables…
Je vais donc cet après midi récupérer mes affaires chez ce transporteur et lui remettre en main propre, la copie de ce texte. Je lui ferais part également de mon intention de déposer plainte pour discrimination. J’avoue, tout de même ne pas comprendre la réaction de mon employeur, qui sait que je ne raconte jamais de connerie, mais aussi parce-qu’ils n’ont pas grand chose à me reprocher et sont en mal de chauffeurs routiers compétents… Aurais-je du courber l’échine moi aussi ? Probablement, mais puisque je me bats contre toutes les injustices, sous toutes leurs formes, je ne pouvais céder, ma pensée et ma manière de voir les choses, aux règles de la soumission abusive…

La grande distribution Système U, donne des ordres aux transports Tessier qui eux-même intiment aux boites d’intérimaires. Ce n’est, hélas, pas un cas isolé !
Doit-on, puisque nous sommes de simples salariés, se laisser faire ?
C’est en prenant mon exemple que je vais vous prouver, que nous n’avons, rien à perdre, en nous défendant et en utilisant les lois qui sont à notre disposition. Comment pourrais-je représenter DLCM si je ne pouvais pas, aussi, me défendre, moi même, des injustices avérées de ces boites qui s’imaginent être au dessus de tout et vous prouver que cela est possible, comme je le fais depuis plusieurs années déjà. D’aucun vous prétexteront que je suis « procédurier », mais ne le sont-ils pas eux-même ? Il faut savoir utiliser leurs propres armes, contre eux !
Ainsi, comme le prévoit les articles L. 1243-1, L. 1243-4 et L. 1243-8 du nouveau code du travail, un employeur ne peut mettre fin à un contrat de travail à durée déterminée sans motif réel et sérieux, d’une part, mais aussi sans respecter le préavis qui s’impose. Or dans ce cas de figure, lorsque qu’un client, donneur d’ordre, tel que le Système U de Carquefou « Belle étoile », pour des motifs discriminatoires, comme le dénonce et le défend, l’article 225-1 dans la loi du code pénal N° 2016-1547 du 18 novembre 2016 – art. 86 , en m’interdisant l’accès de son entreprise pour effectuer des livraisons, la négligence des transports Tessier de Pont Saint Martin (44) et de Chrono Intérim de Nantes, en rompant mon CDD, sont incontestables et méritent une sanction disciplinaire exemplaire et pécuniaire pour que de tels faits ne se reproduisent plus dans un pays prétendu être des droits de l’homme ! Les trois parties responsables de tels abus doivent être, a part égale, tenues pour responsable de leurs agissements. Je devais juste attendre mon bulletin de salaire pour constater que les termes de mon contrat ne serait pas respecter et que l’intégralité du salaire dû, comme je le prévoyais, ne me serait pas réglé…
Maintenant il me faut juste saisir le TGI de Nantes et les Prud’hommes pour que les plaintes soient entendues.
Le premier courrier est parti le 15 Septembre et ce n’est que le début d’une longue série, car vous vous en doutez, je ne lâcherais rien !

lettre recomandé au directeur Système U 1 Lettre recomandée au directeur du Système U 2013

Preuve de dépôt Système U

N’ayant pas pour habitude de mentir et de lâcher prise, voici la deuxième partie de la procédure contre Système U, les transports Tessier et Chrono intérim. Lundi 18 Septembre 2017, ce sera le dépôt de plainte contre Système U. Hé oui c’est comme cela que nous devrions tous agir…

Bulletin de salaire Août 2017017 Contrat de travail Tessier, Bruno Le Floch Août 2017014 Requète 1 conseil de prud'hommes018 Requète 2 conseil de prud'hommes019 Requète 3 conseil de prud'hommes020 Requète 4 conseil de prud'hommes021 Requète 5 conseil de prud'hommes022 Requète 6 conseil de prud'hommes023

Aujourd’hui, Lundi 18 septembre 2017, j’ai voulu en finir avec le coté administratif de la procédure opposant Chrono Intérim, Tessier Transports et Système U à moi même. j’ai donc envoyé deux recommandés, l’un à Tessier Transports et l’autre à Chrono intérim pour les aviser de la démarche prud’homale mais également une copie à l’inspection du travail de Nantes. J’ai envoyé le dossier complet au conseil des prud’hommes de Nantes et je me suis présenté au commissariat central de Nantes « Waldeck Rousseau » pour déposer une plainte au titre de discrimination en vertu de l’article 225-1 du code pénal. Un officier de police dont j’ai relevé le numéro de matricule (1092214) s’est autorisé le droit de refusé ma plainte sous le prétexte que je devais le faire auprès de l’inspection du travail ??? Lorsque je lui ai rappelé que seul le procureur de la république avait le pouvoir de déclarer une plainte irrecevable, il a fait volte face et a refusé de m’entendre. Je vais donc être obligé d’envoyer cette plainte moi-même au procureur de la république et une copie au ministre de la justice. Pas question de laisser le Système U s’en tirer à si bon compte…

Lettre recommandée avec AR Tessier Lettre recommandée avec AR Chrono Intérim

Preuve de dépôt recommandée027

Bien qu’il ne s’agisse » ni de « meurtres », ni « d’attentats » et pas de « viols » si ce n’est de notre liberté de nous défendre, je constate que les médias prétendus être citoyen font la fine bouche quant à parler ou à écrire sur cette injustice et ce différent judiciaire divers. Si toutes mes plaintes déposées au TGI de Nantes depuis 2014 n’ont jamais été entendues et instruites, je peux vous promettre que celle-ci sera suivie et que je tannerais le TGI de Nantes jusqu’au procès pour que JUSTICE soit faite au nom de la constitution française de ce pays. Non, et je me répète une fois encore, je ne lâcherais rien.
Alors je réitère : J’aimerais tant que Agence Info Libre, TV Liberté, Média-Part ou tout autres médias prétendus être citoyen se joignent à ce combat de justice des hommes libres…
« … Je ne peux pas taire les dysfonctionnements de notre système judiciaire et les moyens mis à la disposition du citoyen qui ne peut se défendre, sans, obligatoirement, faire appel à un avocat. Notre pays, la France, comme de nombreux pays dans la communauté européenne, se prévaut d’être un pays des droits de l’homme et du citoyen mais également de pratiquer « la démocratie ». Mais alors, de quelle démocratie s’agit-il ? Car ce que l’on constate ressemble à tout, sauf à de la démocratie et de la liberté citoyenne.

En effet, comment est-il possible qu’un agent de police de Nantes, matricule 1092214 , sensé recevoir les plaintes ou les mains courantes des citadins ou des ruraux dont il a la charge, peut-il décider, de sa propre initiative, qu’une plainte ne sera pas recevable, d’une part, et que vous devez vous adresser à l’inspection du travail lorsqu’il s’agit de discriminations et d’intimidations, vouant à vous interdire l’accès d’un lieu privé pour une simple contradiction et divergence d’opinion, comme le précise les articles 225-1, 225-2, 225-3-1 et 225-4 du code pénal ? Cet agent est-il diplômé en droit pénal et social ? … »

envelope inspection du travail de Nantes024 Envelope de la copie au ministre lettre recommandée au Procureur de la république page 1 Lettre au procureur de la république le 19 sept 2017  page 2  026 accusé de réception et preuve de dépot affaire Système U032Accusé de réception procureur de la république de nantes046

Maintenant que toutes les procédures sont lancées, il va falloir attendre les décisions des uns et des autres. Toujours est-il que déjà mon téléphone sonne de la part de certain des défendeurs, mais je sais que les propos verbaux, n’ont aucune valeur juridique, dont je ne réponds pas et j’attends des écrits concrêts… Je ne sais pas si cette plainte aboutira, mais pour m’en assurer, j’ai également déposé plainte au niveau européen et voici les copies...

Dépôt de plainte européenne 1033 Dépôt de plainte européenne 2 034 Dépôt de plainte européenne 3 035 Dépôt de plainte européenne 4 036

 

Prochain rendez-vous avec les prud’hommes le 29 Novembre 2017 pour une « éventuelle » conciliation. Pas de news du tribunal de Tes en ce jour du 28 Septembre 2017…

Convocation prud'hommes042 Accusés de réception043

 

A ce jour du 2 Octobre 2017, je n’ai toujours pas reçu l’attestation employeur de Chrono Intérim, pas plus que mes relevés d’heures liés à ma carte de conducteur routier sur toutes les pédiodes travaillées pour leur compte. Il va s’en dire que si je n’obtiens l’attestation employeur, je ne peux prétendre à l’indemnisation de mon assurance chômage. Je me retrouve donc sans travail et sans revenu. Je ne peux pas non plus percevoir le revenu de solidarité active (RSA) puisque je suis, logiquement, en droit de percevoir des indemnités de l’assurance chômage. Peut-être espèrent-ils que je vais abandonner mes pousuites ? Me connaissent-ils vraiment ?

Pour autant, je reçois, ce même jour, une lettre recommandée de l’avocat de Chrono Intérim. Je vais donc, immédiatement, envoyer la copie des quatre documents envoyés en appuie de mes demandes au conseil des Prud’homme de Nantes.

Lettre recommandée de l'avocat de Chrono Intérim  044Lettre recommandée à l'avocat de Chrono Intérim le 2 Oct 2017Preuve du recommandé à l'avocat de Chrono Intérim047Récépissé recomandée avocat Chrono intérim 055

 

Courrier recommandée de l'avocat des Transports Tessier du 12 10 2017 056Réponse recommandée à l'avocat des transports Tessier le 23 10 2017 057

Bruno Le Floch de Nantes.

Laisser un commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
le blog de la liste "U... |
Ensemble pour Marquefave |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lejournaljournalistique
| Lesmembrollaisparlentauxmem...
| Alternative Eaunes Autrement