09 décembre 2016 ~ 6 Commentaires

Entre Pôle Emploi et la Police : Il n’y a qu’un pas ! Ça peut vous arriver !

polemploiUn adjoint de sécurité du commissariat Waldeck Rousseau de Nantes s' est suicidé

Comme vous pouvez le constater à travers tous ces échanges écrits depuis Lundi entre Pole Emploi et moi, malgré ma bonne volonté, rien n’avance et le blocage du versement de mes allocations est insistant.

Réponse à Pole emploi le 8 déc 2016Réponse de Pole emploi le 9 déc 2016 à 9h08Réponse de Pole emploi le 9 déc 2016 à 11h01

Je me suis donc rendu, comme convenu, à Pole Emploi boulevard René Cassin à Nantes ce Vendredi 9 décembre 2016 à 10h20.

J’explique au jeune homme du guichet les raisons de ma présence et mon intention ferme de ne pas quitter les lieux avant que cette situation désastreuse soit réglée.

Je patiente quelques minutes avant d’être reçu par une conseillère qui me fait par de la publication de l’article du 6 Décembre 2016 sur le Blog de « Debout les citoyens du monde » (DLCM) que pour ces motifs le dossier ne sera pas traité en urgence, que le service juridique et de sécurité de Pole Emploi ont été saisi ! Mais au fait, pour quel motif ? J’aurais, prétendument, menacé sa collègue, Madame Coline Pignon… Aurais-je du cacher ma surprise ?

Quoi qu’il en soit, je ne cède pas à ces menaces et je reprécise ma volonté de ne pas quitter les lieux, en leur donnant, en main propre, le bulletin de salaire que je leur avais envoyé, par mail, la veille…

A cet instant, le ton monte et la conseillère appelle sa directrice Murielle, pour qu’elle alerte la police ! Encore une fois, pour quelle raison ? Elle me répond que : « je n’aurais pas le droit » de rester dans cet endroit public… Tient donc ! Un citoyen ordinaire et non menaçant, n’aurait pas le droit de rester dans des locaux payés par les citoyens salariés ?

Bien entendu la Directrice « Murielle » débarque dans le bureau et s’en suit un dialogue de sourd avant de recevoir 4 minutes plus tard la visite de deux policiers en uniforme. Explication de trois minutes avant que l’un d’entre me dise textuellement, vous préférez vous faire embarquer… Je réponds : « … Pour quel raison ? J’aimerais bien voir ça… » A cet instant tout va très vite : Ils me demandent mes papiers qui se trouve dans mon véhicule et je leur signale, ils entourent la chaise sur laquelle je suis assis et me redressent. Bien évidement, je n’oppose aucune résistance… Alors que je m’apprêtais à saisir mon téléphone que je pensais être dans ma poche, pour filmer leur intervention musclé, le second policier me saisi le bras et me maîtrise sans rencontrer aucune résistance de ma part et auquel je précise ne pas avoir d’arme, n’étant pas moi même, policier… Une fouille complète est effectuée…

Ils m’obligent à sortir des lieux et à me rendre à mon véhicule, stationné boulevard Einstein, sur des emplacements publics et gratuits à une centaine de mètres des locaux de Pole Emploi pour leur présenter mes papiers d’identités. Je m’exécute et leur présente mon permis de conduire et ma carte d’identité.

J’ai en ma possession mon nouveau permis de conduire européen et l’ancien. En effet, en 2014, l’ancien permis de conduire avait été adressé, par erreur, à la préfecture de Saint-Malo dans la Manche, et m’avait été restitué à mon domicile quelques mois plus tard, mais entre temps, j’avais fait la demande d’un nouveau permis remis par la préfecture de Nantes. Il ne s’agit pas d’un faux, mais bel et bien de mon permis de conduire original !

Une seconde voiture de Police intervient avec 3 nouveaux policiers. Durant ce temps, un des policiers fait une vérification de la validité de mon permis de conduire, bien que je ne sois pas en circulation, et encore moins au volant de cette voiture, mais qu’importe. J’étais véritablement très énervé, je tremblais, mais je gardais mon calme et ma sérénité. Un des trois nouveaux intervenants procède à une fouille au corps plus approfondie prétextant que son collègue n’avait pas fait correctement cette dernière. A ce moment là le policier ayant pris soin de vérifier mon permis de conduire prétend que celui-ci a été invalidé, alors que je ne l’ai que depuis 2014. Je suis choqué, ébranlé, mais sûr de moi ! Mon permis est valide ! Aucune infraction au code de la route depuis 2014 ! Je le leur fais savoir. Ils ne le nient pas, mais décident, malgré tout de m’embarquer à l’hôtel de police de Nantes (Waldeck-Rousseau) ou de soi-disant, vérifications, sont faites et ils m’annoncent, une fois encore, que mon permis a été invalidé en 2010. Ce que je savais déjà, je le leur avais précisé quelques instants plus tôt, en leur montrant ma carte de conducteur routier revalidé en 2014 par la préfecture de Nantes suite à une visite médicale obligatoire tous les cinq ans mais aussi puisque j’avais saisi le tribunal administratif et que j’avais récupéré mon permis en 2014 selon les exigences du tribunal administratif de Nantes par la préfecture de Nantes. A ce moment là la responsable des agents de police leur demande d’établir un document établissant la saisi de mon permis de conduire en précisant une conduite avec un permis de conduire invalidé… Ben voyons ! Je lui précise immédiatement que je ne conduisais pas mais que j’ai été interpellé dans les locaux de Pôle Emploi. Devant leurs « incertitudes », l’agent de police judiciaire qui ne se nomme pas, décide de me convoquer le 13 Décembre 2016 à 15h pour le motif de (tenez-vous bien) : rétention administrative de votre permis de conduire mais me le laisse tout de même le permis européen… Y comprenez-vous quelque chose ? Je leur demande de me ramener à mon véhicule, demande qui sera catégoriquement refusé et je serais prié, une fois encore de quitter les lieux et de me rendre par mes propres moyens récupérer mon véhicules.

Convocation donner le 9 déc 2016 par l'hotel de police de nantes

Aussi rocambolesque que puisse paraître cette histoire, elle n’est pas inspirée mais relatée par des faits, concrets, réels et vécus. Forcément je suis ulcéré, vexé, ébranlé et sidéré devant autant d’abus d’autorité de part et d’autre. Comment voulez-vous que je fasse confiance ? Ma situation est désastreuse, mon compte bancaire à découvert, ma carte bancaire bloquée, mes prélèvements rejetés et humainement il semblerait que la société refuse que vous vous défendiez et surtout que vous relatiez les faits dans leurs strictes vérités. Il n’est pas né celui qui me fera fermer ma gueule un jour !

La preuve que je ne vous raconte pas d’histoire… Message reçu le 9 Décembre 2016 à 17h25. Non je ne tairais RIEN ! Ça va trop loin, mais je ne lâcherais rien !

Dépot de plainte de Pôle EmploiCourrier de Pole Emploi le 9 décembre 2015

Bruno Le Floch de Nantes

2change avec Pole emploi le 9 déc 2016 à 14h33

Réponse de Bruno à pole emploi le 9 déc 2016 à 15h41

6 Réponses à “Entre Pôle Emploi et la Police : Il n’y a qu’un pas ! Ça peut vous arriver !”

  1. Facile d’incriminer pôle emploi dans le vent.
    C’est un bulletin de salaire de boite d’intérim qui font des remontées automatiques sur lesquels les agents n’ont pas la main. Il faudrait plutôt demander à la boîte d’intérim d’envoyer le salaire de novembre en avance. Il faut pas se tromper de cible.
    Quand à l’insistance, c’est ce qu’on risque à être menaçant et si la direction a pris cette décision, c’est qu’il devait y avoir déjà des antécédents.
    Apres, faire la pleureuse alors qu’on tient un blog où il y a des conneries sur l’agence… faut pas s’étonner et se foutre de la gueule du monde hein :)
    A bon entendeur.

    • Bonjour, vous avez raison il ne faut incriminer que les seuls responsables…
      Le 28 Novembre 2016, lorsque j’ai fait ma déclaration mensuel d’activité et que j’ai validé ma situation, un petit message, tel que celui-ci, s’est affiché sur mon écran : « … Vous n’avez pas de justificatif à fournir… ». Cela veut dire quoi pour vous ?
      Par ailleurs, lisez correctement avant de juger et « d’insulter ».
      A bon entendeur, salut !

    • M. Nkd est payé par la mafia anpe. Sa mauvaise foi est à couper au couteau.

      • En effet il m’a harcelé toute la journée du 5 Janvier 2017, mais aucun argument recevable… Triste à pleurer !

        • Harcèlement … quelque chose que vous connaissez bien :) enfin pratiquez bien je voulais dire ^^ en plus de faire la pleurnicheuse
          Vous vous arrêtez jamais d’être ridicule ?

  2. Je confirme. J’ai subi du harcèlement moral de la part de l’anpe. C’est une mafia, protégée par les tribunaux jusqu’au Conseil d’Etat.


Répondre à clmasse

Blog du niveau intermédiaire |
le blog de la liste "U... |
Ensemble pour Marquefave |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lejournaljournalistique
| Lesmembrollaisparlentauxmem...
| Alternative Eaunes Autrement