09 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

La grande distribution, ses dividendes, le chômage et le transport…

La grande distribution

Comme je vous l’expliquais dans un de mes précédents articles que vous pouvez retrouver sur mon blog (leditodebruno.unblog.fr), la grande distribution joue un rôle à part entière dans la cause du chômage en France, comme partout ailleurs dans le monde.

Comme je le fais depuis plus de 20 ans, il nous est souvent demandé de charger et de vider nos camions chez toutes les centrales d’achat de tous vos hypermarchés, quel qu’en soit le nom, lorsque vous êtes en location ou en sous-traitance.

Leader Price

Mais en fait de coup de main, nous sommes souvent amenés à le charger tout seul, car le manutentionnaire ou le cariste sensé nous charger, a tellement de chose à faire, qu’il ne peut pas toujours nous prêter main forte. Dans ce cas précis, sur les quais de la grande distribution, et parlons précisément de la centrale d’achat DLP (Leader Price ou « Casino ») à Boufféré (85) ou Gretz (91), il y a un manque cruel de personnel, et ce sont nous, les chauffeurs routiers qui comblons ce manque en faisant toute la manutention, que faisait autrefois ces hommes de réception et d’expédition.

Leclerc

Il existe même, en expérimentation, des robots qui vont chercher vos palettes et les ramènent au cul de votre camion sur le quai, au dépôt 7 de la centrale d’achat de la SCA ouest (E.Leclerc),  à Saint-Etienne de Montluc (44), mais qui tombent toujours en panne. Lorsqu’un homme seul met environ trente minutes pour charger 33 palettes dans une semi-remorque, les machines nous font attendre plus d’une heure pour notre chargement, voire même deux heures si elles bloquent et ce, malgré nos rendez-vous obligatoires où jamais rien n’est prêt avant notre arrivée… (Voir cet article : Robotisation à la Sca-Ouest)

Avec ce manque évident de personnel sur les quais de Leader Price Central, j’ai dû attendre plus de 4h30, payé par mon employeur pour charger trente-deux palettes dans ma semi-remorque à Gretz (91) et deux heures à Boufféré (85) pour les livrer. J’ai même appris de la bouche d’un employé qu’ils étaient plus 14o salariés en CDI auparavant, à Boufféré, mais qu’aujourd’hui ils n’étaient plus que 46 employés définitifs. La marge du bénéfice des actionnaires passent bien par la suppression des postes au détriment de la qualité du service. J’ai également appris que les cadres des magasins de ces distributeurs, recevaient des primes annuelles énormes sur l’achat de marchandise stockées, même inutiles et invendues.

Mais ce qui m’a le plus choqué, outre le manque de place pour livrer à Boufféré, c’est que l’employé lui-même fut contraint de me demander de l’aider à défaire deux palettes pour contrôler des alcools. J’ai refusé cette requête car je ne suis pas adepte du vol du travail des autres…

attente à quai

Les dirigeants de nos boites de transport se sentent obliger d’accepter ces conditions qui vont à l’encontre de la législation du transport par peur de voir leur contrat vendu aux autres transporteurs issus de l’Europe. Comment ne comprennent-ils pas, que s’ils étaient soudés et solidaires, il suffirait de bloquer toutes les centrales de France pour que ces aberrations cessent définitivement et les obliger à faire travailler les entreprises de transports sur le territoire exploité. Les chauffeurs seraient solidaires de leurs employeurs pour la plupart d’entre-eux…

Je ne comprends pas ce monde et ce pays où tous les gens ont peur de réagir et de dire NON ou STOP. Combien de transporteur vont-ils disparaître ou être vendu aux grosses boites de la mondialisation en cour ?

Bruno Le Floch de Nantes

Laisser un commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
le blog de la liste "U... |
Ensemble pour Marquefave |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lejournaljournalistique
| Lesmembrollaisparlentauxmem...
| Alternative Eaunes Autrement