29 avril 2016 ~ 0 Commentaire

Wesh gars, Nuit Debout Nantes s’est déportée à Malakoff !

Wesh gars, Nuit Debout Nantes s’est déportée à Malakoff !

La « Racaille » à Sarkozy nous reçoit comme des « Princes » !

Comme annoncé sur Presse Océan ce matin du 29 Avril 2016, Nuit Debout Nantes avait prévu de se déporter vers 18h à Malakoff, cité urbaine près du stade Marcel Saupin (Stade de football principal à Nantes avant la création de la Baujoire). Les organisateurs, ont formidablement bien préparé notre venue et les citadins ont joué le jeu, timidement, ils se sont exprimés. Ils nous ont expliqué leur quotidien, leur vie, leurs problèmes, leur solidarité et leur amour de la cité. Bien que tous les organisateurs des A.G. n’étaient pas favorables à cette initiative, nous avons tous été émus de les entendre, d’écouter des mères ou pères expliquer l’entraide qui existe au quotidien dans ces citées, la violence policière physique mais également psychologique et de nerf, par des rafts ou des envois massifs de CRS pour les enfermer dans leur cité les soirs du premier de l’an par exemple. Un professeur des écoles nous a fait part de la misère socio-financière, du racisme politico-policier et de la joie qu’elle avait de vivre parmi ces citoyens éveillés mais trop souvent stigmatisés. Ce fut au tour d’un jeune adolescent de 16 ans de montrer du doigt le silence des merdias quant aux initiatives locales, culturelles et populaires qui sont imaginés et mis en oeuvre dans ces quartiers. Ce n’est que lorsque qu’un jeune, originaire de Malakoff et venu spécialement de Paris pour rendre visite à sa maman qui vit a Malakoff depuis plus de trentre ans, a pris la parole que l’émotion est arrivé à son comble. Il nous a expliqué, lui aussi, la chance qu’il avait eu d’avoir une maman qui avait travaillé d’arrache pieds pour lui payer ses études en école privée, mais qu’il aurait tout aussi bien pu finir dealer, prisonnier ou délinquant dans ce quartier ou l’on parque les gens comme on parque les animaux dans un ZOO. Il nous apprend aussi que sa maman qui paye son loyer depuis plus de trente, pour quelques mois de retard, risque de se faire expulser ! Dans quel monde vit-on ? Ce jeune orateur, nous explique que dans son « BLOCK » de 10 étages, ils ne sont que deux, de sa tranche d’âge, à avoir eu la chance de faire des études. Ce jeune qui a, également, fait partie du milieu associatif, a pu parler plus facilement aux noms des siens et nous rappeler que, dans les cités, les citoyens comprenaient tout aussi bien la politique que n’importe lequel d’entre nous… Après cette élocution très attendue, des jeunes enfants sont venus lire les vœux écrits et accrochés par les passants de Nuit Debout Malakoff, aspirant principalement à un monde meilleur, juste et solidaire. Enfin, un groupe de jeune musiciens rappeurs, réunissant plusieurs banlieues de Nantes sont venus égayer notre soirée en musique. Vidéo : Nuit Debout Nantes rappe à Malakoff

Alors bien ou bien ?

Alors que tout se passait à merveille, une ombre vint noircir le tableau et notre regard se fixa sur un camion de CRS situé en face de l’autre côté de la place où nous étions installés. L’organisateur principal de cette soirée à Malakoff, sans nous prévenir, ne trouvant que son courage, est allé les voir pour avoir quelques explications. Il n’en fallait guère plus à ces policiers pour lui faire un contrôle, trop complet, et l’embarquer pour non présentation d’assurance de son véhicule, alors qu’il était à pied. Celui là même qui venait de nous dire qu’il fallait des policiers pour veiller à notre sécurité… Le « forcené » au courage exemplaire est embarqué à Waldeck Rousseau pour ce défaut d’assurance par les CRS. Nous sommes avertis un peu tard et allons tous ensemble, environ 30 personnes, vers les CRS pour des explications. C’est alors que deux autres cars de CRS planqués juste à côté débarquent et narguent les citadins, qui intelligemment, ne répondent pas aux provocations policières. Les gardiens de la répression resteront 1 heure à nous narguer sans succès.

13096294_10154998844759657_1752952684715502230_n

Nous est-il autorisé de penser que les « Nuits debout » exportées dans les banlieues dérangeraient au plus haut point nos fonctionnaires politiques ? Il y a fort à parier que oui ! Malakoff n’étant qu’une étape, il nous reste encore de la marge avec Bellevue, les Dervallières, le Pin Sec, le Perrais, La Halluchère, le Château de Rezé les quartiers nord et sud etc …

NICOLAS SARKOZY, qui sont réellement les « RACAILLES » ?

Bruno Le Floch de Nantes

Laisser un commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
le blog de la liste "U... |
Ensemble pour Marquefave |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lejournaljournalistique
| Lesmembrollaisparlentauxmem...
| Alternative Eaunes Autrement