14 avril 2016 ~ 2 Commentaires

Manifestation du 14 Avril 2016 et Nuits Debout à Nantes.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins ! A quoi rimait cette manifestation menée par les syndiqués étudiants ? La pire de toutes les manifestations Nantaises !

Cette pancarte qui dit : « Le  retrait c’est maintenant », le retrait de quoi ? Et ces syndiqués qui arborent leurs drapeaux rouge en prétendant ne pas être syndiqués ?

20160414_170723

1-      Pourquoi la manifestation a été programmée à 16h30 ? les grèves « générales » commencent-elles à cette heure-là ?

2-      Pourquoi, alors que les manifestants vous criaient, « non ! pas par-là », avez-vous, volontairement dirigé la foule, en dehors du centre-ville ? (Les accès vers Talensac et commerce étaient libres…)

3-      Pourquoi avoir demandé aux citoyens de se déplacer pour une gentille marche de 45 minutes ?

4-      Pourquoi nous avoir ramené au point de départ et lâchement abandonné à cet encerclement policier ou à cette souricière organisée ? (photos pour preuve)

20160414_174005

5-      Plutôt que les jets d’eau, le prochain rendez-vous sera-t-il à la plage, pour que nous puissions tous aller se faire « noyer » par les CRS ?

« …Deux rendez-vous avait été fixé ce jeudi 14 Avril 2016, un à 15h sur la place du Bouffay à Nantes et l’autre, à 16h30 à l’endroit du Miroir à eau, a 300 mètres du premier rendez-vous. Pourtant à 15h, les organisateurs de ce rendez-vous, sur la place du Bouffay, n’étaient pas présent. Seuls les agents de la BAC occupaient la place et contrôlaient, fouille au corps comprise, les passants, et je n’ai pas échappé à la règle puisque je les photographiais. Ils se sont permis de me retirer de ma poche et de me subtiliser mon masque à gaz chirurgical, dans la rue et également obligé d’teindre ma cigarette, puisque deux, d’entre eux, étaient non-fumeurs. Je ne sais pas encore s’ils en avaient le droit en pleine rue… Lorsque je leur ai demandé s’ils connaissaient l’article 432.4 du code pénal interdisant notamment l’arrestation arbitraire condamnant lourdement les forces de « l’ordre » qui useraient d’abus de pouvoir, ils m’ont simplement précisé qu’ils ne connaissaient pas cet article de la loi…

20160414_151839

Enfin, vers 17h00, la foule se rassemble enfin au rendez-vous fixé par « Grève générale » à l’endroit du miroir à eau et se met en marche, à vive allure, sans attendre les retardataires. Je leur ai moi-même indiqué qu’ils marchaient trop vite, car j’avais beaucoup de mal à les devancer pour photographier la foule et leur banderole. Tout se passait calmement, ensuite le cortège qui se retrouvait face à une horde de CRS à bifurqué sur la gauche en direction de la préfecture de Nantes. La police nationale en amont, bloquait la circulation avec quelques motards et deux voitures de police. En arrivant près de la Place du Cirque, les CRS et la BAC, bloquaient les accès du centre-ville à droite et l’accès au vieux Nantes à gauche. Le cortège n’avait donc plus d’autre choix que de filer tout droit. Les services de « l’ordre », ont tout de même essuyé quelques lancés de bouteilles vides, avant de canarder le cortège de gaz lacrymaux. Arriver au bout du cours des 50 Otage, alors que la foule hurlait d’aller à droite vers le commerce, les syndiqués en tête du cortège dirigèrent la foule vers le CHU, puis vers son point de départ, le miroir à eaux, avant de lâchement abandonner la foule qui se dirigeait vers le bout de cette place, comme en attestent les photos. Les jeunes furieux de se faire encercler, se jettent à corps perdus en face des CRS et les affrontent avec quasiment que des bouteilles vides. Quelques poubelles sont enflammées et la foule fait demi-tour au bout de trente minutes en direction du Bouffay. Mais une autre horde de CRS les attendent sur la rue de Strasbourg et La BAC (brigade anti criminalité) reste planquée derrière des véhicules en stationnement. L’étau se resserre car d’autre CRS ont pris place au bout du cours des 50 Otages. C’est de loin, la plus violente intervention policière qu’il y a eu depuis le neuf mars dernier. Les gaz lacrymogènes pleuvent, les armes de point de la Bac, sont utilisés comme jamais, principalement contre les jeunes encagoulés et surtout les plus courageux. Une véritable chasse à l’homme est engagée sur la place publique à l’encontre de la jeunesse la plus révoltée contre cet « état répressif militarisé ». Je ne peux m’empêcher de féliciter un petit groupe de syndiqués de la CGT, qui est resté, malgré-tout jusqu’au bout, pour soutenir sa jeunesse. Il était important de le souligner… »

Nuits Debout 19h:

Je me suis donc rendu, comme convenu sur la place du Bouffay avec quelques amis et j’ai annoncé l’atelier constituant qui aura lieu ce Vendredi 15 Avril 2016 lors de la nuit debout. Ces Nuits debout débute, en principe vers 18h30.

Le débat du soir tombait à pic car il s’agissait justement, des violences policières, et les témoignages de ces violences ont été nombreux. Même une maman s’est exprimée sur la violence qu’aura subit son enfant. Bien que ce ne soit organisé que par de simples citoyens, l’écoute attentive, la démocratie, l’organisation et la gérance prouvent que ce mouvement, libre citoyen, à bien plus de compétence que certains organisateurs, dits « officiels » !

Malheureusement, très agacé de cette manifestation, je n’ai pas souhaité resté d’avantage afin de faire cet article au plus vite…

Bruno Le Floch de Nantes

2 Réponses à “Manifestation du 14 Avril 2016 et Nuits Debout à Nantes.”

  1. Très bon résumé. En espérant sincèrement que les syndicaux lycéens apprennent de leurs erreur lors de cette manifestation…


Laisser un commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
le blog de la liste "U... |
Ensemble pour Marquefave |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lejournaljournalistique
| Lesmembrollaisparlentauxmem...
| Alternative Eaunes Autrement